Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 05:34

 

 

Mais Qui donc peut se cacher derrière son masque cruel ? La Mort a cédé devant Savitri qui est venue lui réclamer le retour à la vie de son jeune époux Satyavan. Mais qui dépasse tout et se sert de tout puiqu'Il est Tout ? Une fois le terrible masque vaincu, tombé, disparu :

 

 

''Transfigurée était la formidable forme.

Son obscurité et sa triste puissance destructrice

S'abolissant pour toujours et divulguant

Le mystère de ses hauts et violents méfaits,

Une secrète splendeur se leva, révélée à la vision

Là où le vaste corps incarné du Vide avait été.

Du masque terne de la Nuit avait grandi un merveilleux visage.

Était détruit le vague infini dont les ténèbres

Avaient tiré d'un terrible inconnu

L'obscure et désastreuse figure d'un dieu,

Enfuie l'erreur qui donne des armes aux mains du chagrin,

Et éclairé le golfe ignorant dont les caverneuses cavités

Avaient données au néant une voix terrifiante.

Comme devant l’œil qui demeure éveillé dans le sommeil

S'ouvre la sombre reliure d'un livre,

Où sont vues les lettres illuminées qui ont gardées,

Inscrites à l'intérieur, une flamme dorée de pensée,

Ainsi répondait à son regard une forme merveilleuse

Dont la douceur justifiait les douleurs les plus aveugles de la vie ;

Toute la lutte de la Nature en était le prix facile,

L'univers et son agonie semblaient dignes d'intérêt.

Comme si le calice choral d'une fleur

Aérienne, était visible sur les flots d'une musique,

Un lotus d'extase aux pétales de lumière

Prit forme dans le cœur tremblant des choses .

Il n'y avait plus de tourments sous les étoiles,

De mal abrité derrière le masque de la Nature ;

Il n'y avait plus le sombre prétexte de la haine,

Le cruel rictus sur le visage altéré de l' Amour.

La haine fut l'étreinte d'un terrible conflit d'amour ;

Une intention d'amour impitoyable pour seulement posséder

A remplacé ici le doux dieu originel.

Oubliant la Volonté d' aimer qui lui donna naissance,

Oubliant la passion à se tourner au dedans et à s'unir,

Il cherche à tout engloutir dans un moi isolé

Dévorant l'âme qu'il a fait sienne,

Par la douleur et les affres de l'anéantissement

Punissant la réticence à être un,

En colère contre les refus du monde,

Passionné à prendre mais ne sachant pas comment donner.

 

Le sombre capuchon de la Mort avait été rejeté du front de la Nature ;

Là s'illuminait en elle le rire discret de la divinité.

Toute la grâce et la gloire et toute la divinité

Étaient ici rassemblées en une forme unique ;

Tous les yeux honorés regardaient à travers les siens depuis ce visage unique ;

Toutes les divinités étaient portées dans ses membres grandioses.

Un esprit océanique demeurait au-dedans ;

Intolérant et invincible dans la joie

Un déluge de liberté et de bonheur transcendant

Déferlait en vagues d'immortelle beauté.

En lui, l'Être quadruple trouvait sa couronne

Qui porte le mystère du Nom sans nom,

L'univers écrivant son formidable sens

Dans l'inépuisable signification d'un mot.

En lui l'architecte du monde visible,

À la fois art et artiste de ses œuvres,

Esprit et voyant et penseur des choses vues,

Virat qui allume ses feux de camp dans les soleils,

Et dont l'éther emmêlé d'étoiles est la prise,

S'exprimait par le discours de la Matière :

Les objets sont ses lettres, les forces sont ses mots,

Les événements l'histoire remplie de sa vie,

Et la mer et la terre les pages de son conte.

La Matière est son instrument et son signe spirituel ;

Il suspend la pensée sur un haussement de cil,

Dans le courant du sang fait s'écouler l'âme.

Il est la volonté muette de l'atome et de la motte de terre;

Une Volonté sans sens ni actes moteurs,

Une Intelligence n'ayant nul besoin de penser ou de planifier,

Le monde se crée lui-même invinciblement ;

Car son corps est le corps du Seigneur

Et dans son cœur se tient Virat, le Roi des rois.

En lui-même se dissimule sa forme d'Enfant d'Or

Qui dans les immensités plafonnés du Soleil berce sa naissance :

Hiranyagarbha , auteur de pensées et de rêves,

Qui voit l'invisible et entend les sons

Qui jamais ne visitèrent une oreille mortelle,

Et découvreur de réalités impensables

Plus vraies pour la Vérité que tout ce que nous savons,

Il est le maître sur les routes intérieures ;

Prophète, il est entré dans les royaumes interdits ;

Magicien par l'omnipotente baguette de la pensée

Il construit le secret des mondes incréés.

Armé d'une langue d'or, d'un œil de diamant,

Il est la vision et la prophétie :

Imagier coulant l'informel dans les formes,

Voyageur et tailleur des sentiers invisibles,

Il est le porteur du feu caché,

Il est la voix de l'Ineffable,

Il est l'invisible chasseur de lumière,

L’Ange de mystérieuses extases,

Le conquérant des royaumes de l'âme.

Un troisième esprit se tenait derrière eux, leur cause secrète,

Masse de supraconscience enfermée dans la lumière,

Créateur des choses dans son sommeil omniscient.

Tout vient de son immobilité comme croît un arbre ;

Il est notre graine et notre noyau, notre tête et notre base.

Toute lumière n'est que flash jailli de ses yeux clos :

Une Vérité toute sage est mystique en son cœur,

Le Rayon omniscient sous ses paupières est lové :

Il est la Sagesse qui ne vient pas de la pensée,

Son silence muet porte le verbe immortel.

Il sommeille dans l'atome et dans l'étoile brûlante,

Il sommeille dans l'homme et le dieu et la bête et la pierre :

Parce qu'Il est là, l'Inconscient fait son travail,

Parce qu'Il est là, les mondes oublient de mourir,

Il est le centre du cercle de Dieu,

La circonférence de la marche de la Nature.

Sa somnolence est une Toute-Puissance dans les choses,

Éveillé, Il est l'Éternel et le Suprême.

Au-dessus était la béatitude rêvante de l'Infini,

Son omniscient et omnipotent repos,

Son immobile silence absolu et solitaire. ''

 

              ( Sri Aurobindo : Savitri, Livre XI, Chant 1: le jour éternel..)

 

Se pourrait-il que l'Humour Divin puisse faire disparaître le terrible masque qui se nourrit de la souffrance du tellement sérieux être humain et du monsieur mental déplacé ; un ''sérieux et  serial killer''

orgueilleusement  religieux qui  étouffe la joie d'être  ?........

(et dont le terrorisme est la forme la plus extrême et la plus visible).

L'orgueil et la mort, à tous les niveaux, ça se tient ….

Bon sang mais c'est bien sûr...........

 

                                               (15 janvier 2015, 05h45)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : terre-univers. Le blog des Etincelles
  • terre-univers.   Le blog des Etincelles
  • : Messages du Ciel et de la Terre. Voies Nouvelles de l'Impossible par Initial
  • Contact

Auteur

  • Initial
  • Anonyme et inconnu, n'appartenant à aucune organisation, ne vivant pas financièrement de la spiritualité, l'auteur de ce blog suit  depuis son enfance ce qu'il nomme une Voie Nouvelle de l'Impossible.
  • Anonyme et inconnu, n'appartenant à aucune organisation, ne vivant pas financièrement de la spiritualité, l'auteur de ce blog suit depuis son enfance ce qu'il nomme une Voie Nouvelle de l'Impossible.
esoterisme">

Visiteurs

 

Recherche